Les pré requis (vraiment) nécessaires pour devenir pilote

Last update : 26/04/2019

Se retrouver un jour aux commandes d’un avion est un objectif qui fait rêver pour bien des raisons. Cependant, beaucoup de personnes n’osent pas se lancer à cause des nombreuses idées reçues concernant les pilote.

Comme je l’écris dans ma présentation, on entend souvent que pour exercer ce métier il faut : « être un homme », « avoir de bons yeux », « être doué en maths et en physique », « parler anglais », « être riche », « être jeune », « être un excellent leader », « avoir des relations haut placées » etc.

Légendes urbaines ou faits réels, qu’en est-il vraiment ?

Au risque d’en surprendre certains, les pré requis que je viens de citer ne sont pas des critères essentiels pour devenir pilote !

En effet, selon moi seuls ces 3 éléments comptent réellement :

  1. L’aptitude médicale
  2. Le bon sens
  3. La motivation

L’aptitude médicale

Certainement l’épreuve la plus redoutée par tous ceux qui rêvent de devenir pilote, car c’est quelque chose que l’on ne maîtrise pas ! L’aptitude médicale est cependant le premier paramètre que vous aurez à évaluer pour savoir quelles options s’offrent à vous.

Pour piloter un aéronef, il est obligatoire d’être en possession d’un certificat d’aptitude physique et mentale. Pour l’obtenir, vous devez vous rendre dans n’importe quel centre médical aéronautique.

Les différents types de certificats médicaux

Il en existe 3 :

  • Classe 1 : destinée aux professionnels, permet d’obtenir toutes les licences de pilotage
  • Classe 2 : destinée aux non professionnels, permet d’obtenir toutes les licences à l’exception du CPL
  • LAPL : destinée aux pilotes non professionnels d’avions légers (monomoteur à pistons < 2T)

Pour votre première visite d’aptitude je vous conseille vivement de passer une Classe I. Premièrement, vous serez fixé dès le début sur votre état de santé général, deuxièmement cela pourra peut-être vous permettre de déceler des problèmes qui peuvent être corrigés avec le temps.

Si l’examen se passe mal…

Sachez aussi que même si vous êtes déclaré inapte pour la classe 1 et 2, vous pouvez toujours devenir pilote… d’ULM ! à condition que votre médecin traitant vous délivre un certificat de non contre-indication à la pratique.

Enfin, si vous êtes concernés par un handicap, ne lâchez rien et faites avancer les choses !

En France, depuis 2003 grâce à la détermination de Dorine Bourneton, les personnes handicapées peuvent obtenir une licence de pilote professionnel pour les activités de : messagerie, fret, surveillance aérienne et vol publicitaire (sont encore exclus : le transport de passagers, les vols IFR et les vols multimoteurs).

Pour tout savoir sur la Classe I c’est par ici 

Le bon sens

Le bon sens est la capacité innée à analyser son environnement dans l’objectif d’en déduire rapidement les meilleurs décisions et comportements dans un contexte donné. C’est une qualité essentielle pour le pilote qui est amené dans son quotidien à prendre les bonnes décisions pour garantir la sécurité du vol.

Le bon sens se travaille et s’évalue difficilement, c’est la raison pour laquelle les personnes au profil scientifique ayant déjà développé un certain esprit logique sont parfois privilégiées dans les cursus de pilote.

Lors des recrutements les entreprises et organismes de formation se basent essentiellement sur les résultats donnés par des évaluations en maths/physique, repérage dans l’espace, coordination oculo-manuelle et psychotechnique. Depuis quelques années, ces derniers intègrent à leur processus de recrutement des tests portant sur la qualité de la prise de décision.

Vous l’aurez compris, avoir un esprit scientifique n’est plus une preuve irréfutable de bon sens. Donc si vous n’avez pas une grande appétence pour les matières scientifiques sans pour autant en avoir une totale aversion et que vous êtes doté d’une capacité d’analyse fine, vous êtes les bienvenus chez les aviateurs !

La personnalité et la motivation

Derniers éléments à analyser et pas des moindres !

Parce que nous sommes humains et tous différents, il n’existe pas une personnalité idéale pour devenir pilote. Fini le temps où l’on cherchait à recruter « l’homme parfait » ! Les spécialistes RH savent désormais qu’il faut de tout dans un cockpit, mais pas n’importe quoi non plus… Il s’agit de trouver le juste équilibre entre défauts/qualités/potentiel.

Être un bon communiquant, calme, patient, accepter la critique, se remettre en question, avoir l’esprit d’équipe et le sens des responsabilités sont cependant des traits de caractère incontournables !

Enfin, pour démarrer une formation de pilote et envisager une carrière professionnelle il vous faudra une bonne dose de motivation. La plupart des personnes qui se lancent dans ces projets sont des passionnés. Assurez-vous donc de répondre à cette unique question avant de vous lancer :

Pourquoi j’aimerai faire ça ?

Si votre réponse se limite à « pour les voyages, amour, gloire et beauté », il va falloir creuser un peu plus.

A retenir…

Force est de constater que les éléments essentiels pour devenir pilote ne dépendent pas de vous. Il est donc inutile de culpabiliser lorsque vous identifiez un point bloquant dans l’une de ces 3 catégories. Seul le temps et l’expérience peuvent vous aider à éventuellement les surpasser.

Bien entendu, tout dépend de l’objectif que vous vous êtes fixé ! On n’attendra pas les mêmes choses d’un pilote privé, d’un pilote de ligne, d’un pilote militaire, d’un pilote d’essai etc.

Soyez cohérent dans votre projet, votre objectif personnel, vos capacités, la réalité du marché et les besoins de l’employeur.

Maintenant que les bases sont posées, rendez-vous dans mes prochains articles pour en savoir plus sur les pré requis en fonction de votre objectif de carrière.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :

Vous recherchiez quelque chose?